Méditation et sommeil:

Femme endormie

Le trouble du sommeil représente une part importante des consultations en cabinet médical. La réponse apportée est souvent de donner des traitements médicamenteux qui sont souvent pris sur de longues périodes et entraînent de nombreux effets secondaires, et une accoutumance indéniable.

 

Mais existe-t-il d’autres alternatives ?

La méditation peut-elle nous aider à mieux dormir?

Tout d’abord, on pourrait penser que la méditation est une forme de somnolence, mais il n’en est rien : l’activité du cerveau (mesurée par les Électro-encéphalogramme) montre que son fonctionnement est différent de celui du sommeil pendant que l’on médite. D’ailleurs, les méditants constatent souvent que lors d’une retraite, pendant laquelle ils pratiquent de façon intensive, ils ont moins besoin de dormir.

Lorsqu’on manque de sommeil pendant une nuit, la nuit suivante est plus riche en rêve : on est dans le sommeil paradoxal moins récupérateur, alors que lorsqu’on médite régulièrement, cet effet n’a pas lieu, et on peut reprendre un rythme de sommeil « normal » plus rapidement.

Méditer améliore le sommeil:

De nombreuses études montrent es bienfaits de la méditation sur le sommeil, que ce soit le Tai chi, le zen, les différentes sortes de yoga ou la méditation laïque comme la MBSR. D’abord, les techniques ont une action sur la physiologie : les EEG le montrent. Mais elles ont aussi un effet bénéfique sur le sommeil par leur effet relaxant.

Les troubles du sommeil ont toutefois des causes variées : le stress, la dépression, les maladies anxieuses, et là aussi la méditation a une action car elle contribue à mettre le système nerveux en mode parasympathique, celui de la récupération et du repos.

De nombreuses études montrent donc que la méditation agit sur l’insomnie, quelle qu’en soit la cause.

Toutefois, voici quelques précisions pour ne pas être surpris : méditer peut aussi vous empêcher de dormir si vous ne prenez pas quelques précautions. En effet, pour certaines personnes, la pratique méditative sous forme de Qi gong ou de Tai  Chi procure une certaine énergie. Pour d’autres, le body scan (ou scan corporel) prépare bien au sommeil. Mais comme cela varie d’une personne à l’autre, il est important d’être à l’écoute de ses sensations et d’adapter sa pratique à son expérience : tenir un petit journal de pratique au début pour noter si la méditation du soir nous a permis de faire une bonne nuit ou si celle du matin nous a rendu plus dynamique et plus alerte pour la journée.

Bonne pratique !

 

Et bonne nuit ;-)

Réf :

Etude publiée dans le JAMA, le journal de l'association Américain de Médecine.