Les mécanismes du stress

Comment le stress impacte notre quotidien?

Le stress fait partie de notre vie, malgré les tentatives d’approche destinées à le réduire ou à le gérer. Il fait partie de la condition d’être vivant, même les animaux subissent des stress.

On ne peut échapper aux aléas, difficultés, aux maladies, au vieillissement, et à l’impossibilité de contrôler tous les événements de l’existence. Même s’il en a toujours ainsi, nous faisons face à de nouvelles menaces : terrorisme, catastrophes écologiques, surcharge de travail, sans oublier l’isolement et la déconnexion.

Nous nous sentons souvent mal dans notre peau, incertain quant à l’avenir, nos avons le sentiment d’être isolés, coupés du monde naturel. Les nouvelles technologies nous submergent d’informations, les emails, les SMS, les réseaux sociaux nous soumettent à un flot continu d’informations et d’exigences. Les avancées technologiques sont souvent spectaculaires mais pour beaucoup d’entre nous, nous ne connaissons même plus nos voisins.

Plus nous avons accès à l’information, à l’achat rapide, et plus nous avons envie d’acheter, de posséder. Mais nous n’apprenons pas à vivre et à apprécier une vie d’intégrité.

Nous en arrivons même parfois à être inquiets du stress. Le cercle vicieux s’installe, nous sommes stressée à l’idée d’avoir plus de stress.

La France est le premier pays d’Europe pour la consommation d’anxiolytiques et d’anti dépresseurs.

De plus en plus de personnes sont sujet à l’anxiété, aux angoisses, et même au burn-out.

Le stress affecte aussi la santé physique avec un impact dans la survenue de nombreuses maladies : cardiovasculaires, cancers, problèmes de fertilité.

Enfin, les difficultés créées par le stress peuvent se répercuter sur la qualité de vie et le bien-être.

En 1980, Jon Kabat Zinn, docteur en biologie et méditant de longue date, a créé le programme de réduction du stress basé sur la pleine conscience (MBSR=Mindfulness Based Stress Reduction) au centre de l’université du Massachussett. Il fait alors réalisé des études sur des patients souffrant d’anxiété, et de douleurs chroniques (Kabat Zinn ; « an outmatient program in behavioral medecine for chronic pain patients based on the practices of mindfulness meditation : theorical consideration preliminary results » (1982) :38-47).

Depuis, de nombreuses études ont été pratiquées et ont mis en évidence les bienfaits de la pleine conscience sur la gestion du stress, la lutte contre la dépression, la gestion de la douleur.

Qu'est-ce que la pleine conscience?

La pleine conscience consiste à être attentif à ce qui se passe dans le moment présent, sans jugement. Elle peut se manifester à n’importe quel moment de notre vie. Il s’agit en fait de cultiver la conscience de l’esprit et du corps, et de vivre dans l’instant présent, quel que soit ce qui se passe à ce moment-là.

La pleine conscience puise son origine dans les traditions bouddhistes mais peut être pratiquée par tous, car c’est une pratique universelle. Tous les courants spirituels insistent sur les bienfaits d’être pleinement présent. Elle a été laïcisée et ses applications dépassent largement le bien-être mental ou émotionnel. 

Elle est utilisée de plus en plus en médecine pour lutter contre le stress, la douleur, la maladie. Toutefois, c’est surtout sur les schémas mentaux qu’elle apporte le plus de bénéfices. En regardant la façon dont ils se déploient sans jugement, nous prenons conscience de nos schémas de pensée et réduire notre stress et nos souffrances.

Nous sommes souvent inquiets du futur, tristes ou mélancoliques des moments du passé, mais rarement dans le moment présent. Hors, l’instant présent est le seul instant ou la vie peut être pleinement vécue. La pleine conscience nous aide à vivre pleinement dans l’ici et le maintenant.

Dans le monde occidental, nous sommes souvent obsédés par les biens matériels, nous voulons posséder, garder de plus en plus de biens. Nous sommes avides de possessions matérielles. Nous aimerions que les choses qui nous sont agréables ne changent pas, restent éternelles et que celles qui nous agacent ou nous déplaisent disparaissent au plus vite. Nous ne savons alors pas profiter de ce que nous possédons ici et maintenant.

Hors, nous savons pertinemment au fond de nous que les choses changent, nous pouvons être malades, mais nous pouvons aussi guérir, nous vieillissons et notre corps change. Nous pouvons être malheureux à certains moments, mais aussi pleinement heureux à d’autres. En portant notre attention sur le processus corps-esprit, en voyant la vie comme un éternel processus de changement, on accueille tous les aspects de l’expérience –le plaisir et la douleur, la peur et la joie- avec moins de stress et plus d’équilibre.

En nous permettant de repérer nos schémas de pensées, et nos façons d’agir, la pleine conscience nous permet d’être plus sereins. Toutefois, nous pouvons découvrir certains aspects de nous-mêmes que nous n’aimons pas.

Il peut être désagréable d’être confronté à sa honte, sa peur, sa culpabilité, sa colère. La pleine conscience nous apprend à en être un observateur objectif. Avec le temps, on apprend à reconnaître ses sentiments et ses pensées pénibles, et à les accepter avec plus de sérénité.

Bien que la tâche soit ardue, le voyage permet de découvrir ce que nous sommes réellement et d'être plus en paix avec nous-mêmes.

La pleine conscience permet d’apprendre à être présent lors de toutes les actions du quotidien. Ce n’est pas un pouvoir que l’on obtient car nous l’avons déjà en nous : dès que nous constatons que nous sommes distraits par nos ruminations, nos pensées, nous sommes de nouveau présent.

En prenant conscience de vos états mentaux, de vos sentiments, de vos émotions, de vos sensations, de vos processus mentaux, vous apprendrez à mieux gérer les situations de stress, à être plus en connexion avec vous-mêmes, mais aussi avec vos proches, et vous vous sentirez mieux.